Baccalauréat 2021

C’est avec une immense fierté et une grande émotion que nous dévoilons aujourd’hui les résultats de notre première promotion à passer la baccalauréat. Nos élèves de terminale ont tous obtenu leur baccalauréat, et tous avec une mention. Trois d’entre eux obtiennent aussi les félicitations du jury. 

Leurs résultats tout au long de l’année leur ont aussi permis d’obtenir d’excellentes orientations (classes préparatoires parisiennes, ESSEC, école hôtelière Vatel, école de design Condé etc.)

Cette réussite est une preuve supplémentaire de la qualité de l’enseignement au LFI Ibiza. 

Nous saluons le travail des professeurs, l’ensemble du personnels du lycée pour son encadrement et nous vous remercions vous, parents, pour la confiance qui nous a conduit jusqu’à cette belle réussite.

0 %
de réussite au baccalauréat 2021
0 %
de mention
0 %
de mention très bien

L’artiste local Hosh invité en CE2

Le jeudi 20 mai 2021, la classe de CE2 à découvert une technique avec l’artiste résident de l’île  : HOSH. L’idée était de redonner vie à un t-shirt blanc. Un dessin, du découpage précis, un peu de spray et le t-shirt se transforme en un dragon, une méduse, un cœur zébré ou le célèbre personnage des jeux vidéo Mario. Quelques photos pour admirer ce joli travail ! 

La classe de 3ème rencontre Steve Stievenart

Au milieu du mois d’avril, le LFI d’Ibiza a eu la chance d’accueillir Steve Stievenart, le nageur de l’extrême. Suite à cette jolie rencontre, la classe de 3ème à préparer différents articles de journal (éditorial, interview…) pour en rendre compte. Un travail accompagné et proposé par Mme Aguirre-Le Bohec, professeure de français. Ci-dessous, vous trouverez leurs travaux. 

Une rencontre inspirante pour la jeunesse.

Le mardi 13 avril, nous avons accueilli le sportif Stève Stievenart  au Lycée français international d’Ibiza. Il nous a raconté son expérience lors de sa double traversée du canal de la Manche puis sa préparation mentale et physique pour l’épreuve. Le fait que cet exploit nous soit raconté par le sportif en personne nous a marqués davantage. Cela nous enseigne que même si ce qu’il a fait est exceptionnel, il reste un être humain tout comme nous et cela nous encourage à atteindre nos objectifs.

 Il nous enseigne également à ne pas nous laisser influencer par le regard des autres puisqu’il a dû prendre 47 kilogrammes en quatre années et que cela lui a été difficile psychologiquement mais cela était nécessaire pour pouvoir accomplir son rêve d’enfance.

Stève Stievenart ne s’adresse pas qu’à des élèves mais aussi aux futurs citoyens que nous serons et le champion de nage en eaux libres nous sensibilise à la protection et au maintien de du milieu marin, actuellement en danger en raison des déchets expulsés à la mer.

 

Il a créé une fondation “Stop plastic pollution” basée sur quatre axes fondamentaux: la sensibilisation environnementale, l’Art autour du plastique, des défis sportifs à travers la natation et des recherches scientifiques sur l’environnement marin (pour plus d’informations sur cette association et ses objectifs, consultez le lien suivant :  

https://www.stop-plastic-pollution.org/accueil.

Pour conclure, l’intervention de Stève Stievenart nous a encouragés à travailler dur pour atteindre nos objectifs -dont le Brevet en fin d’année – et nous retiendrons ce message : si nous touchons le fond de la piscine, il est toujours possible de remonter à la surface! 

 Si cela vous a intéressés et que vous voulez en savoir plus sur cet homme extraordinaire, nous vous invitons à vous plonger dans la lecture des articles qui  accompagnent notre éditorial! 

Bianca Muntadas et Catalina Martínez

34 heures et 53 minutes dans la Manche : les 3èmes reçoivent un vrai recordman de la nage en eau libre !

LE NAGEUR DE L’EXTRÊME

Stève Stievenart, appelé «Stève le phoque » un homme de 43 ans a été le premier français à traverser la Manche aller retour. Stève est un homme passionné de sports. Cette passion vient de son grand-père qui était un ancien cycliste professionnel. C’est lui qui lui a appris les vraies valeurs du sport.

UN RÊVE D’ENFANT

C’était un rêve depuis qu’il était petit de traverser la Manche . Il y a quatre ans, il a souffert d’une déception amoureuse et accomplir son rêve l’a aidé à sortir de la dépression.

LA CLASSE DE 3EME RECOIT UN CHAMPION

Steve Stievenart est venu nous rencontrer dans la classe de 3ème ce lundi 12 avril.

La rencontre a eu lieu au Lycée français d’Ibiza .

Le nageur Français de l’extrême, Stève Stievenart est venu parler de son expérience à la classe de 3ème. Les 3èmes sont restés très surpris par cette intervention, ils n’avaient jamais pu vivre une telle expérience et ils ne savaient même pas que les nageurs de l’extrême existaient.

UN ENTRAÎNEMENT INTENSIF

Pendant quatre ans, il s’est préparé à cette expérience. Il a dû prendre 47 kg et travailler jour et nuit pour pouvoir nager 48 heures environ. Ses entraînements se déroulaient pendant le jour mais aussi pendant la nuit pour pouvoir adapter son corps au milieu marin . Il s’entraînait 10 heures le samedi et 10 heures le dimanche. Pendant la Covid, son entraînement s’est vu affecté mais Stève a trouvé la manière de continuer sa préparation, en s’allongeant sur le ventre et s’attachant une corde aux pieds et bras pour simuler l’ effort en milieu marin.

UNE TRAVERSEE EPROUVANTE

Finalement le grand jour est arrivé : pendant le trajet,  Stève ne pouvant pas toucher le bateau – sinon il était disqualifié, pour ne pas mourir de faim ou de soif, son équipe lui lançait les provisions avec une corde . Il s’hydrate et se réchauffe surtout avec du thé de gingembre presque toutes les 30 minutes . Pendant la traversée, un phoque a commencé  à le poursuivre pendant 20 minutes , c’était un bébé et il était curieux. Mais Steve ne s’est pas arrêté , il a continué la nage, se reposant seulement 4 minutes sur la côte française,  avec un maillot de bain, un bonnet et des lunettes comme seul équipement. 

Après 35 heures de nage, la gorge commence à se gonfler et la langue aussi à cause du sel, mais ce  n’était toujours pas un motif pour l’arrêter, le champion a contin jusqu’au but. 

Le prochain défi de Stève est de traverser les eaux glacées du lac Baïkal en Russie en juillet 2021.

Cette grande expérience, qu’il a partagée avec les élèves du Lycée français d’Ibiza pendant une journée entière, a permis de leur faire prendre conscience de deux choses fondamentales : «La protection de l’environnement et l’importance de surmonter l’adversité par le sport et un mode de vie sain “.  

Pour en savoir plus sur la fondation de protection des mers contre le plastique, consultez le site : https://www.stop-plastic-pollution.org/accueil

Angiolina , Pedro , Elias et Selva

Interview de Steve Stievenart

Stève Stievenart est un nageur de l’extrême de 43 ans qui a traversé la Manche aller-retour en 34 heures et 45 minutes le 11 août 2020. Aujourd’hui, 8 mois plus tard, il est venu au Lycée Français d’Ibiza pour nous parler de cette incroyable expérience. On a eu l’opportunité de réaliser une interview avec lui.

Leila – Quand a commencé votre passion pour la nage de l’extrême ?

Stève – Tout a commencé par une rupture amoureuse. Ce fut l’élément déclencheur qui m’a donné la force et l’envie de faire ce projet. Mais en général j’ai toujours été passionné par la nage depuis que je suis très jeune.

Lucia M – Vous n’avez pas eu peur de traverser la Manche ?

Stève – C’est vrai que j’ai pensé à la peur… À l’heure de la traversée, oui j ai eu peur ; j’ai perdu deux amis… Dans la mer il faut toujours être en alerte mais je pense qu’il ne faut pas penser à ça : “les choses arrivent parce qu’elles doivent arriver”

Lucia M – Comment avez-vous préparé la traversée ?

Stève – Pour commencer, je ne me considère pas comme un nageur professionnel, je ne nage pas avec une technique parfaite et je ne nage pas très vite, la technique que j’utilise est d’être acclimaté à l’eau. Pour y parvenir, j’ai dû prendre du poids en consommant des poissons gras, ce qui m’a servi de combinaison de plongée corporelle “naturelle”. Cela a été une préparation physique mais aussi mentale car il faut accepter que l’on va prendre du poids. Cela prend quatre ans pour y parvenir, 4 ans à manger comme un phoque, je consomme 1 kg de poisson par jour. Cela a été un processus très difficile car le poids gagné n’était pas proportionné : toute la graisse est allée à la partie supérieure et non aux jambes, quelque chose d’efficace dans l’eau mais pas en surface, donc je ne peux plus courir et j’ai dû arrêter de faire des marathons, quelque chose qui faisait partie de ma vie. Il fallait que je sois préparé à tout : la mer est très salée et après une longue période dans la mer, ta bouche et tes yeux gonflent… Comme ta bouche est gonflée, il y a plus de difficulté à respirer donc j’ai aussi dû faire du yoga et de la méditation pour travailler ma respiration. Pour ce qui est des yeux, j’ai dû m’habituer aux lunettes alors j’ai commencé à dormir avec mes lunettes de plongée (rires).

Pour l’entraînement physique je devais m’entraîner très dur, je m’entrainais aussi bien la nuit que le jour. Pour m’habituer à ne pas avoir sommeil, j’ai passé 48 heures sans dormir…

Leila – Quelles étaient vos pensées pendant la nage ?

Stève – Pendant la nage, je pensais à mes projets futurs. J’ai considéré ces heures comme des heures de travail puisque je pensais avoir plein de nouvelles idées pour mes projets. 

Leila – Qu’avez-vous fait contre les piqûres de méduses ?

Stève – Je me suis baigné dans un banc de méduses pour pouvoir résister. J‘ai eu environ une soixantaine de piqûres mais les méduses du nord sont moins dangereuses que celles de la Méditerranée.

Lucia M – Avez-vous eu des difficultés lors de la préparation et lors du projet à cause de la covid-19 ?

Stève – J’ai surtout eu des difficultés pour préparer mon projet lors du premier confinement puisque je ne pouvais pas me baigner dans la mer donc j’ai eu l’idée de faire des traversées dans mon jardin avec des élastiques et ça m’a beaucoup aidé à m’entraîner même dans ces conditions.

Lucia M – Quels sont vos projets futurs ?

Stève – Mon prochain projet sera en juin, une course aux États-Unis où je ferai le tour de l’île de Manhattan deux fois. Ça fait à peu près 100km. Ensuite je ferai d’autres projets comme traverser le lac Baïkal en Sibérie en relais.

Lucia M – Avez-vous eu la pensée d’abandonner ?

Stève-Il faut être très fort mentalement et ne pas douter de soi-même, il faut avoir de l‘espoir. Tu peux te mettre en danger ainsi que ton équipe. Pour faire un tel projet, il faut être très préparé et entraîné pour qu’il n’y ait pas d’accidents inattendus.

Lucia M – Comment ont réagi vos proches à votre projet ?

Stève – Mes parents n’ont pas été au courant de ce projet puisque j’ai préféré les préserver… Lorsqu’ils ont appris la nouvelle de ma réalisation, ils ont été surpris. Pourtant, ils m’ont toujours soutenu et ils ont été fiers.

Leila – Depuis quand faites-vous de la nage ?

Stève – J’ai commencé à approfondir ma technique il y a 4 ans.

Leila – Avez-vous eu des imprévus pendant la traversée de la Manche ?

Stève – Pendant la traversée, je me suis emmêlé dans un filet de pêche abandonné. Heureusement, j’ai pu m’en échapper. Les dauphins n’ont pas la chance d’être accompagnés d’un bateau de secours… J’ai trouvé un phoque qui a joué avec moi pendant une demi-heure, et oui, c’est vrai que j’avais un peu peur mais ce n’était pas si dangereux puisqu’il n’y en avait qu’un, il faut faire attention quand on voit une mère avec son petit phoque puisque le fils est plus joueur ou curieux et veut jouer avec vous et la mère se méfie. J’ai aussi vu certaines méduses comme je m’y attendais déjà mais j’avais une préparation pour que leurs piqûres ne m’affectent pas de manière aussi forte : je nageais dans des bancs de méduses…

En conclusion, cette interview nous a inspirés et nous a donné l’espoir que tout est possible. Ce projet nous a aussi motivés pour notre brevet en fin d’année. Nous avons eu le plaisir de recevoir Stève Stievenart dans notre classe et d’apprendre de son projet : suivre un rêve en vaut la peine !

Vous hésitez à inscrire vos enfants ? Venez visiter le LFI

Vous avez entendu parler du LFI d’Ibiza et pensez y inscrire vos enfants pour la rentrée prochaine ? 

Nous vous proposons ici une visite virtuelle de notre établissement pour vous convaincre.

Vous doutez encore ? Notre proviseur se propose de vous accueillir pour un entretien et une visite individuelle. Contactez nous et nous vous rappellerons pour fixer un rendez-vous. 

CLIQUEZ POUR PRENDRE RENDEZ-VOUS POUR UNE VISITE.

Participation des CM2 au parlement des enfants.

Cette année, la classe de CM2 a participé à la 25ème édition du parlement des enfants. Le parlement des enfants est une action pédagogique lancée par l’Assemblée nationale française (chambre des députés élus au suffrage universel par les citoyens). Les élèves sont invités à imaginer un projet de loi autour d’un thème donné (cette année, « L’alimentation équilibrée et durable ») qui, après avis d’un jury, peut être amené à devenir un vrai projet de loi qui sera débattu par les parlementaires.

Voici leur proposition de loi

 

Interview d’une scientifique par la classe de Terminale

Les élèves de Terminale ont eu la chance de pouvoir interviewer la scientifique Cecile Fayos qui travaille à l’Office européen des brevets à Munich. La rencontre avait été organisée dans le cadre d’une séquence en anglais sur le transhumanisme. 

Durant l’interview réalisée entièrement en anglais via Zoom, ils ont pu interroger la scientifique sur :

– les innovations technologiques qui sont actuellement en développement (les vaccins contre la covid, les prothèses, les outils diagnostiques qui utilisent  des intelligences artificielles…)

– ce à quoi la médecine pourrait ressembler dans le futur

– la prise en compte de la souffrance animale dans les expériences en laboratoire.

– son parcours d’études et professionnel

– ce qu’elle pense de cette philosophie du transhumanisme

– la place et la responsabilité de l’humain dans une société de plus en plus dépendante de la technologie et de la science

– et l’importance de bien orienter la recherche scientifique 

 

Le mois des langues

Au mois de mai, nous célébrions la 5ème édition de la Semaine des langues. Programmée initialement par le Ministère de l’Education nationale du 4 au 7 mai, la Semaine des langues s’est finalement déployée durant tout le mois de mai dans le réseau de l’AEFE. Une nouvelle fois le LFI répond à l’invitation.

L’occasion, pour les élèves et nos enseignants de langues vivantes, de mettre en lumière des productions en plusieurs langues. Au cycle 3 le thème proposé était le suivant : « Par ma fenêtre ». Nos professeurs de langues ont particulièrement travaillés avec la classe de CM2, pour aboutir à des poèmes en plusieurs langues.

La continuité pédagogique au LFI d’Ibiza

Depuis le lundi 16 mars 2020, nous partageons une nouvelle tâche en commun : la continuité pédagogique. Il s’agit pour l’équipe de l’établissement de tout mettre en oeuvre pour que l’apprentissage scolaire des enfants puisse se poursuivre à la maison. Les professeurs du LFI se sont mis à enseigner à distance.

L’équipe du LFI s’efforce d’offrir un travail et un accompagnement de qualité, pour que chacun et chacune puisse poursuivre l’école à la maison. Et combien vous nous avez aidé ! Il ne s’agit pas seulement d’un travail acharné de la part des équipes. C’est l’ensemble de la communauté scolaire, dont vous parents et enfants, qui ensemble relevez ce défi. Pour cela nous aimerions vous dire merci

Cette nouvelle tâche qui incombe à la communauté du LFI n’a pas été facile. Chacun et chacune a dû s’armer de patience pour s’adapter aux nouveaux outils informatiques, aux nouvelles façons d’enseigner. Il n’a pas fallu baisser les bras face à un travail pour lequel ni les professeurs, ni les parents n’avaient été préparés.

La continuité pédagogique que les équipes proposent se matérialise par des cours en vidéoconférence, de devoirs rendus et corrigés via Pronote, de l’aide  personnalisée par téléphone ou encore par l’utilisation d’applications ou sites internet permettant de vérifier la progression des élèves. L’ensemble de ces outils permet aux enseignants de garder un lien étroit avec leur classe et d’assurer au mieux un accompagnement de qualité.

Cet article permettra à chacun de se rendre compte du travail accompli. Vous trouverez ci-dessous de nombreux exemples de ce que nous proposons chaque jour aux élèves. Les professeurs, depuis leurs ordinateurs, vous, à la maison avec vos enfants. 

A ce jour, les portes du LFI restent fermées. L’établissement reste dépendant des décisions des autorités. L’ensemble de l’équipe continue à être mobilisée pour les enfants. 

La réouverture partielle sur certains niveaux devrait commencer le 25 mai. 

EN MATERNELLE

Un tour au potager.

Chaque vendredi, la classe de PS se rend normalement avec Isabelle au potager. Là-bas, grâce à Barbara, grande chef du jardin, ils apprennent à planter, à cultiver, à reconnaitre les légumes… Pas de raison que cela  change en confinement. 

Un peu d'écriture et de graphisme...

Et de numération !

Du vocabulaire en espagnol.

La majeure partie de nos élèves sont de nationalité espagnole. Depuis petits, ils parlent donc espagnol à la maison. Pour les autres, l’espagnol est étudié comme une “langue vivante secondaire”. C’est pour quoi il est indispensable pour ces derniers de continuer à écouter cette nouvelle langue et d’acquérir du vocabulaire nouveau. 

L’idée de petites capsules vidéos permet à nos élèves et nos professeurs de garder une sorte de contact, une sorte de lien.

Du vocabulaire en français : une histoire par jour à écouter

Nous sommes une école française, à ce titre, le français est notre langue de travail, langue de scolarisation, une langue primordiale que les enfants doivent utiliser et écouter chaque jour, même si ce n’est pas leur langue maternelle. 

Bien sûr, il existe mille manières pour nos enseignants de travailler autour de cette langue, parmi lesquelles les histoires. Nos enseignants proposent régulièrement aux enfants d’écouter des histoires, qu’ils leur lisent ou qui sont disponibles sur internet. Les histoires ce n’est pas seulement lire, c’est écouter, regarder, dessiner et même jouer.

Du sport !

Quelques défis !

L'organisation du travail.

EN ÉLÉMENTAIRE

Une ode à un meilleur futur en CM1.

Au-delà de la continuité pédagogique, le lien entre nos élèves est primordial. C’est pourquoi au travers d’un projet en chanson, la classe de CM1 a souhaité montrer que même loin les uns des autres, nous pouvons être ensemble d’une certaine manière. “L’hymne de la vie”, une ode à un futur meilleur.

Le confinement chez les CE2 cela se traduit par des sauts stratosphériques, des cœurs en origami à destination du personnel soignant de notre île, des constructions en 3D, des masques plus festifs que ceux contre le coronavirus et surtout des efforts quotidiens pour progresser dans les apprentissages (lectures de romans fantastiques, poésies, etc.). Sans oublier l’arrivée de deux nouveaux élèves : Leah et Nathan !

Des défis quotidiens chez les plus grands aussi.

Des capsules vidéos par les enseignants mais aussi par les enfants

Une invitation au voyage en CE1

Pour travailler l’art (inspiration de l’artiste japonais Rie Kono), et l’étude de la langue, la classe de CE1 lance une jolie invitation au voyage avec des montgolfières. Dessin, travail d’invention et de syntaxe, la continuité pédagogique en poésie !

Le confinement en vers

En cours de castillan à distance, les élèves de CM2 se sont exprimés sur la façon dont ils ont vécu le confinement. La consigne ? Créer des phrases en vers et les mettre en scène en se filmant. La musique a été créée par les élèves de la classe qui prennent des cours de yukulele et le montage fait par Valentina, élève de la classe.

Activités artistiques à la maison.

Sant Jordi - El día del libro desde casa.

AU SECONDAIRE


Les mathématiques en cuisine

Mise en voix et image de poèmes par les 3èmes

Classe de castillan

Dans un contexte assez angoissant, une période de confinement, la classe de troisième et leur professeur de castillan ont voulu rappeler que dans chaque chose il y a du positif à tirer. 

Dans cette courte vidéo, ils ont mis en évidence notamment l’aspect positif sur l’environnement. 

“Il y a une petite partie du coronavirus qui au lieu de nous nuire, nous aide”.

Des minions fabriqués grâce aux fractions.

Des mathématiques ludiques et du quotidien.

Pour assurer la continuité pédagogique en mathématiques, Mme Pernot utilise le même fonctionnement qu’en classe : la classe inversée. Les leçons sont à travailler et à écrire seul et le moment du “cours” laisse place à la pratique. Elle privilégie avant tout l’interaction lors des vidéoconférences. 

Les élèves montrent leurs travaux, s’assurent d’avoir réalisé correctement ce qu’on leur avait demandé. La visée est une pratique des mathématiques très concrète et ludique (des recettes de cuisine par exemple). 

Le matériel a subi une adaptation, les rapporteurs sont fabriqués maison et l’armoire de l’enseignante s’est transformé en tableau accueillant équations et autres calculs. 

Des poèmes en calligramme.

Accueil linguistique

Même à distance, l’accueil linguistique continue à avoir lieu. Archi et Tom nous montrent ici leurs grands progrès en espagnol, langue qu’ils ne maîtrisaient pas il y a peu.

Des expériences de physique-chimie à la maison.

Démonstration de la théorie moléculaire de la matière (3èmes)

M. Carmona, enseignant de physique-chimie, a demandé aux élèves de démontrer depuis chez eux la véracité de la théorie moléculaire de la matière. Il s’agissait de prendre une substance liquide à base d’eau, d’en mesurer la masse et le volume puis d’en provoquer un changement d’état en plaçant le tout dans un congélateur.

 

Devenue solide, les élèves ont de nouveau pris la masse et mesuré le volume. Le résultat montrait qu’effectivement le volume avait augmenté mais que la masse était restée constante. Ainsi, ils montraient que la substance faite de molécules qui se séparent ou s’approchent selon la température et donc changeait de volume, ne changeait pas de masse.

Ici, c’est Raquel qui nous présentait son expérience maison. 

 

Des sonnets par la classe de 2nde

Me quedo en casa - Je reste à la maison

Ballet des mains

Un peu d'humour en 1ère