Besoins éducatifs particuliers

A la différence de la France, les établissements français à l’étranger du réseau AEFE ne disposent pas de structures d’accueil spécialisées. Néanmoins, il est parmi nos priorités d’accueillir au sein de notre établissement des élèves à besoins éducatifs particuliers pour lesquels nous nous efforçons à proposer un accompagnement répondant aux mieux à leurs besoins.

Cette approche inclusive s’appuie sur la loi du 11 février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », confirmée par la « loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République » du 8 juillet 2013. Le plan d’orientation stratégique 2015-2017 de l’AEFE a intégré ces exigences. L’objectif est de développer des parcours d’inclusion des élèves à besoins éducatifs particuliers et de les accompagner, ainsi que leur famille, le plus longtemps et dans les meilleures conditions possibles, y compris dans la perspective d’une sortie de l’établissement chaque fois qu’il n’est plus en mesure de représenter un avantage pour l’élève.

On considère un élève ayant des besoins éducatifs particuliers quand il présente un des troubles suivants : 

  • les élèves qui souffrent d’une maladie chronique
  • les élèves « dys » (dyslexie, dysorthographie, dysphasie, dyspraxie et dyscalculie)
  • les élèves intellectuellement précoces
  • les élèves handicapés
  • les élèves en grande difficulté d’apprentissage ou d’adaptation.

Orthophoniste et accompagné individualisé

Pour accompagner au mieux nos élèves, nous avons fait le choix de recruter au sein de notre établissement une orthophoniste française. A partir de septembre 2019, nous accueillerons donc dans notre établissement Mme Julie VENET.

Quel est le rôle de l’orthophoniste ?
Une orthophoniste rééduque essentiellement le langage et la communication (orale et écrite) : articulation, parole, lecture, écriture. Elle intervient également dans le cas de troubles du raisonnement logico-mathématiques.
L’orthophoniste utilise majoritairement le jeu lors de ses prises en charge, afin qu’apprendre reste un plaisir pour l’enfant. Mais son objectif est de fournir les outils nécessaires à l’élève en difficulté dans les apprentissages selon son profil cognitif. Chaque rééducation est donc différente !

La relation de confiance
Il est primordial d’instaurer une relation de confiance avec l’élève afin qu’il soit disponible pour les apprentissages. Par ailleurs, l’orthophoniste vise à atténuer toute situation d’échec afin que l’élève retrouve sa confiance en lui et s’épanouisse à l’école.

Collaboration avec d’autres intervenants
L’orthophoniste ne travaille pas seule ! Afin que son travail soit optimal, il est primordial pour elle de travailler en parallèle avec l’ensemble de l’équipe éducative afin de cibler les difficultés des élèves et de les aider au mieux. Elle travaille également en collaboration avec d’autres professions médicales (neuropédiatre, ORL, médecin traitant) et paramédicales (neuropsychologues, psychomotriciens, psychologues, kinésithérapeutes, orthoptistes, etc.).

La démarche pour l'accueil d'un élève à besoin éducatif particulier

1. Etablir un premier contact
Vous devez prendre l’attache du chef d’établissement et/ou du directeur d’école concerné le plus en amont possible. Parents de nationalité française, vous pouvez parallèlement vous rapprocher du consulat de votre futur lieu de résidence.

2. Définir la capacité d’autonomie de votre enfant
Les informations relatives à sa situation scolaire doivent être croisées. Il est important que l’ensemble des acteurs ait accès à tout document permettant un meilleur accompagnement pour votre enfant. 

  • guide d’évaluation des besoins de compensation en matière de scolarisation (GEVA-Sco) 
  • guide d’évaluation des besoins de compensation en matière de scolarisation – première demande (GEVA-Sco première demande)
  • guide d’évaluation des besoins de compensation en matière de scolarisation – réexamen (GEVA-Sco réexamen)
  • évaluations scolaires en classe ou/et bilans médicaux ou paramédicaux.

3. Mettre en place les parcours de scolarité adaptés à ses besoins scolaires
Il appartient aux établissements scolaires de construire des parcours d’apprentissage. Les supports à utiliser sont ceux du MENESR français en remplissant les rubriques qui contextualisent la scolarisation de votre enfant. Ils permettent de formaliser les parcours avec les parents et d’harmoniser les supports au niveau du réseau des établissements d’enseignement français.

Les protocoles d’accompagnement à la scolarisation sont :

  • PAI : projet d’accueil individualisé en cas de maladie
  • PAP : plan d’accompagnement personnalisé pour les élèves « dys »
  • PPS : projet personnalisé de scolarisation quand la situation de handicap a été reconnue (par une
    MDPH pour un élève de nationalité française).
  • PPRE : programme personnalisé de réussite éducative pour les élèves en difficulté scolaire
    persistante

Ces documents sont signés et partagés par l’ensemble des acteurs prenant part au projet.
Parents d’un élève handicapé de nationalité française, vous pouvez déposer une demande à la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) de votre choix. La MDPH de Paris a été particulièrement sensibilisée à la problématique existant dans le réseau. La MDPH peut être saisie d’une première demande ou d’un réexamen de dossier sur la base des informations relatives à la situation scolaire : GEVA-Sco, évaluations scolaires en classe ou/et des bilans médicaux ou paramédicaux, projet d’aide en cours. La notification de la MDPH est une préconisation pour la mise en place d’une compensation humaine ou matérielle.

4. Financer des compensations humaines et/ou matérielles.

Même si l’établissement scolaire d’accueil ne vous demandera pas de frais supplémentaire pour la scolarisation de votre enfant, il est nécessaire de prévoir des frais parfois nécessaires pour une bonne adaptation et un bon accompagnement.

  • un accompagnant à la scolarité d’un élève en situation de handicap, ex-AVS (Auxiliaires de Vie Scolaire). A la différence de la France, ils sont rémunérés directement par la famille. Dans le cas d’élèves français boursiers, une aide financière complémentaire peut être apportée. Elle couvre tout ou partie de la rémunération de l’accompagnant.
  • des frais matériels (équipement). Ils sont à la charge des parents. Pour les parents d’un élève français, il est possible de déposer une demande d’aide financière auprès du consulat.

Contacts utiles

Vous trouverez ci-dessous la liste des contacts utiles dans la démarche de scolarisation de votre enfant à besoins éducatifs particuliers.

  • M. GARCIA, Robert , coordonnateur du 1er degré

rgarcia@lfi-ibiza.com

  • Mme DUMONT, Mathilde, CPE

mdumont@lfi-ibiza.com

  • Mme PICAULT, Isabelle Picault, référente handicap pour l’AEFE

isabelle.picault@diplomatie.gouv.fr